Historique des jardins

 

Les jardins collectifs du Calvaire Saint-Pierre se trouvent au Centre Thiès.

 

L'espace vert autour du four à pain est devenu un lieu de transversalité, différentes actions s'y pratiquent et on y rencontre toute sorte de public.

Ce lieu se partage et il se construit dans une volonté de développer la démocratie locale en rendant les habitants d’un territoire acteurs.

La ville de Caen vient de nous accorder le terrain attenant et cette extension des jardins nous permettra d'ajouter un espace cultivable et d’agrément dans une démarche collective.

Il est important de souligner que la proximité du terrain est importante pour quelques familles qui conjuguent le jardinage avec les obligations scolaires des enfants et les moyens de garde des plus petits.

 

L'INTERET DE JARDINER DANS CE LIEU :

 

- La convivialité et la rencontre avec les voisins autour d'un lieu partagé

- L'envie de partager des moments privilégiés avec les enfants et la famille

- Apprendre ou ré-apprendre le travail de la terre

- Cultiver et cuisiner ses propres produits

- Mutualiser des moyens et des compétences pour réussir son jardin

- Le bienfait de l'activité de plein air et sa proximité

 

L’HISTOIRE

 

2004/2005 les équipes du Centre d'animation du Calvaire Saint-Pierre travaillent sur un jardin pédagogique au Centre de loisirs de Thiès. Cette expérience fut très riche mais au bout de quelques années les jeunes se sont lassés et le potager resta à l'abandon.

 

2006 : construction d'un four à pain ; réalisation collective d'un outil utile à la population qui répond aux critères de développement durable.

2009 : Philippe, Pascal et Jimmy (des habitants) ont décidé de reprendre l'activité jardinage avec trois parcelles cultivables à coté du four à pain.

 

A la même époque une réflexion/action sur la précarité alimentaire introduit la valorisation des initiatives locales se rapprochant de l'économie sociale et solidaire.

Cette dynamique nous a amenés vers la rencontre des habitants d'autres quartiers et des projets concrets (épiceries sociales, groupements d'achats, jardins collectifs, partagés, familiaux, etc.).

 

2010 : découverte des jardins au carré et arrivée des femmes souhaitant jardiner

2012 : attribution d'un terrain pour développer les jardins collectifs

 

Ce collectif se compose de 15 familles habitant le Calvaire Saint-Pierre.


Rencontre avec la Folie-Couvrechef

Article de Françoise 

 

Le mercredi 29 avril 2015, à la maison des familles nous avons accueilli un groupe d’habitants de la Folie Couvrechef, qui étaient déjà venus une fois car ils commençaient leur jardin et avaient besoin de conseils. Nous avons commencé par aller voir les jardins que nous venions de changer, avant nous avions des carrés et maintenant ce sont des rectangles. On avait eu envie de faire des jardins en allant visiter le Londel, qui à l’époque aussi avait des carrés. Notre salon de jardin a été fait avec « Art itinérant ».

Nous avons une cabane de jardin pour les outils. Ces personnes nous ont aussi demandé si on pouvait les aider à en faire une. Nous les avons invités à venir voir la construction d’une nouvelle sur l’extension que nous avons, pour faciliter la vie de ceux qui jardinent ainsi que pour les jardins collectifs. Ils nous ont posés des questions sur la mosaïque qui est devant le four à pain.

Cette rencontre s’est très bien passée, nous avons discuté de beaucoup de sujets. J’espère que ces personnes elles aussi ont été satisfaites de cet échange. Ils peuvent repasser pour d’autres questions, un café ou seulement un repas partagé un vendredi soir cet été. La maison des familles est ouverte pour plein de choses à faire ou partager avec les personnes qui voudront venir. 


Visite par le collectif d'Alençon

Article de Françoise

 

Le mercredi 27 mai, nous avons eu quatre personnes d’Alençon qui sont venues nous voir pour visiter les jardins. Elles voudraient en créer un, mais elles ne savent pas comment s’organiser pour le mettre en place. Lors de cette rencontre d’une heure, beaucoup de questions ont été posées et elles sont reparties car elles avaient de la route. J’espère que nous les avons aidé avec nos réponses et qu’elles se lanceront dans ce projet. Nous irons peut-être les voir dans quelques temps pour qu’elles nous montrent ce qu’elles ont fait.